Franco Doc

Développement des ressources médicales francophones en milieux francophones minoritaires au Canada

Mené en collaboration avec la Société Santé en Français, le Consortium National de Formation en Santé et Médecins Francophone du Canada, cette initiative vise à assurer le développement et le renforcement des ressources médicales francophones en ciblant les étudiants en médecine dans les facultés de médecine anglophones en lien avec les besoins des communautés francophones minoritaires par une approche intégrée et interdisciplinaire.

Les objectifs du projet sont d’identifier et de mobiliser les étudiants francophones et francophiles, les outiller pour l’usage du français et l’offre active des services de santé en français avec le désir d’augmenter le recrutement des professionnels francophones/bilingues dans les communautés de langue officielle en situation minoritaire (CLOSM) pour une offre de services de santé sécuritaires en français.

Mise en contexte au niveau national
En 1995, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) définissait l’imputabilité sociale des facultés de médecine en ces termes : « l’obligation d’axer leurs activités d’enseignement, de recherche et de services sur les préoccupations prioritaires en matière de santé de la communauté, de la région et de la nation qu’elles ont le mandat de servir. Ces préoccupations doivent être déterminées conjointement par les gouvernements, les organismes de santé, les professionnels de la santé et le public ». Dans la foulée, l’AFMC a adopté en 2001 un document cadre sur L’imputabilité sociale, une vision pour les facultés de médecine du Canada. Elle a créé, en 2002, un Groupe de ressources sur les communautés francophones minoritaires du Canada (GRCFM) qui s’est rallié, dès ses débuts, à des partenaires privilégiés, soit la SSF et MdFC. Ces trois partenaires travaillent ensemble autour d’une vision et d’un plan d’action commun sur cette problématique.

Compte tenu de l’augmentation de la diversité de la population canadienne, les besoins grandissants d’accès à toute une gamme de services de la santé et les défis de formation et de rétention de professionnels de santé qualifiés, l’AFMC a publié en 2010 un rapport intitulé : L’Avenir de l’éducation médicale au Canada (AEMC). Ce projet a pour but de mieux arrimer la formation des médecins sur les besoins actuels et futurs de la société canadienne dans toute sa diversité. Dix recommandations et cinq recommandations habilitantes ont été proposées dans cette vision collective, plusieurs d’entre elles portant sur l’amélioration de l’accès à des services de santé dans les CLOSM.

Le GRCFM a développé une vision commune et a proposé cinq recommandations et un plan d’action concertée avec ses partenaires, la SSF et MdFC, pour adapter la démarche « AEMC » à la problématique des ressources médicales francophones en milieu minoritaire avec un accent plus important sur les facultés de médecine anglophones. Ce plan a été entériné par le bureau de direction de l’AFMC et par le Conseil d’administration de MdFC en 2011. Depuis, le GRCFM a produit une boîte à outils qui pourra servir à ce projet. Le projet proposé s’insère donc dans la continuité de ces travaux et repose sur une base solide.

À quel besoin répond ce projet?
Dans son rapport de 2007, le Comité consultatif des communautés francophones en situation minoritaire (CCCFSM) rappelait les écarts flagrants quant à l’accès aux services de santé pour les CFM dû au manque de ressources humaines. Il est clair que cette situation exigeait le développement de stratégies créatives et intégrées qui sortent clairement des sentiers battus  et qui incluraient les facultés de médecine anglophones qui abritent un certain nombre d’étudiants francophones et francophiles qui pourraient potentiellement répondre aux besoins criants. Dans ce même rapport, le CCCFSM a recommandé une approche globale qui augmenterait le bassin de professionnels de santé parlant le français et aussi conscients des besoins des CFM, en misant d’une part sur une formation initiale en français ancrée sur des expériences dans les milieux des CFM et de l’autre, sur le recrutement et la rétention de professionnels francophones dans ces communautés.

Statistiques Canada relève, dans une étude récente, une amélioration entre 2001 et 2006 du nombre de « professionnels de la santé qui affirment pouvoir soutenir une conversation dans la langue minoritaire ». Toutefois, deux exceptions sont notées : « chez les médecins à l’extérieur du Québec et chez les psychologues et les travailleurs sociaux au Québec il y a eu recul du nombre de ces professionnels qui déclarent connaître la langue minoritaire ». Plus loin dans l’étude, on lit : « Chez les médecins, la diminution du nombre d’individus ayant une connaissance du français dans les provinces à l’extérieur du Québec (-2,3 %) va de pair avec un recul du nombre de médecins qui utilisent au moins régulièrement cette langue au travail (-10,8 %). Cette dernière diminution est cependant plus de 4 fois celle du nombre de médecins qui déclarent connaître le français, ce qui donne à penser que même des médecins qui utilisaient déjà le français au travail auraient cessé de l’utiliser. Notons que l’effectif des médecins à l’extérieur du Québec a diminué de 1,4 % entre 2001 et 2006. ». Alors que le CNFS a connu un succès au sein de ses établissements membres seulement deux d’entre eux (l’Université d’Ottawa et le Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick) travaillent en formation médicale en français. La collaboration avec le CNFS est de mise.

À la lumière de ces constats, il est donc nécessaire en 2014 de réitérer le rôle et l’engagement de chaque partenaire mentionné ci-dessus car chacun joue un rôle stratégique dans le renforcement des ressources médicales francophones adaptées aux besoins des CLOSM.

Partenaires du projet : 

Société Santé en français : http://www.santefrancais.ca/

Médecins francophones du Canada : http://www.medecinsfrancophones.ca/index.fr.html

Consortium national de formation en santé : http://cnfs.net/fr/
 

Le Saviez-Vous

L’AFMC, active depuis 70 ans

Cette vidéo commémorative commandée dans le cadre des célébrations du 70e anniversaire de l’AFMC met en vedette des représentants de l’AFMC et de son Conseil d’administration, des facultés de médecine canadiennes, des organisations partenaires et des groupes d’apprenants de l’ensemble du pays. En plus d’offrir des séquences montrant nos facultés en action à l’échelle pancanadienne, la vidéo illustre les contributions exceptionnelles de l’AFMC envers la médecine universitaire canadienne durant ses 70 ans d’existence.

Visionner la vidéo