Il faut un village

2019-02-07

Depuis la publication de notre Rapport sur les diplômés en médecine canadiens non jumelés (DMCnj), l'AFMC a travaillé sans relâche pour régler cette crise. Nous avons recommandé que les gouvernements provinciaux envisagent d'accroître le nombre de postes de résidence afin d'augmenter le rapport entre les postes de niveau prédoctoral et postdoctoral à 1:1,2 et de faire en sorte de conserver la séparation entre les filières des DMC et des DIM. Nous sommes encouragés par le fait que l'Ontario et l'Alberta ont toutes deux changé leur politique pour conserver la séparation entre les deux filières au deuxième tour du jumelage de 2019. Nous espérons que cela aura au moins un effet modeste sur la réduction du nombre de DMCnj.

Nous avons également demandé aux bureaux de l’Éducation médicale prédoctorale et des Affaires étudiantes de faire tout ce qui était en leur pouvoir pour soutenir les étudiants en médecine dans leur orientation professionnelle, dans la prise de décisions concernant le jumelage et pour améliorer le soutien aux étudiants non jumelés après le premier tour et non jumelés après le deuxième tour en vue de leur jumelage l'année suivante. La réponse a été fantastique. Nous avons été très impressionnés par la réaction des responsables des Affaires étudiantes et de l'Éducation médicale prédoctorale. Le soutien offert aux étudiants est incroyable.

Nos doyens de l’EMPo ont également fait des progrès importants dans la mise en œuvre des recommandations nationales sur les pratiques exemplaires en matière d'admission et de sélection. Celles-ci garantiront que tous les demandeurs seront traités de manière équitable et transparente. Cela exige beaucoup de travail et de nouveaux processus pour nos bureaux des études postdoctorales, nos directeurs de programmes et nos comités de sélection. Il s’agit d’un engagement important de la part de tous les décideurs en vue d'améliorer le processus à l'avenir.

L'AFMC continue de plaider en faveur d'un système national de transfert des résidents avec un soutien financier. Ce point est fortement appuyé par toutes les organisations d’apprenants et sera à l'ordre du jour de nos réunions avec les décideurs et les bailleurs de fonds.

Quel est donc le rôle de nos étudiants? Ils ont postulé à leur poste de résidence préféré, viennent tout juste de terminer leur entrevue de jumelage et envisagent maintenant leur liste de classement. Il ne fait aucun doute que chaque étudiant veut se jumeler à son programme préféré. Nous savons que ce n'est pas toujours le cas. Dans le contexte actuel, les étudiants doivent être conscients qu'ils ont leur rôle à jouer dans le jumelage. Ils ont la possibilité de classer tous les programmes auxquels ils ont postulé. Ils devraient envisager de mettre sur leur liste de classement n'importe quel programme qu'ils estimeraient être une possibilité pour eux. C'est ainsi que chaque étudiant peut faire sa part pour améliorer le succès global du jumelage des résidents.

À l'AFMC, nous envisageons un avenir où les diplômés des facultés de médecine canadiennes auront l'occasion de se jumeler avec succès à un programme de résidence au cours de l'année de l'obtention de leur diplôme. S'ils n'étaient pas satisfaits de leur jumelage, ils auraient l'occasion, à une date ultérieure, de transférer vers un autre programme. En fin de compte, nous voulons que nos diplômés terminent avec succès le programme de résidence qui leur permettra de pratiquer dans une spécialité qui leur procurera une grande satisfaction professionnelle tout en répondant aux besoins de la société.