RÉDUIRE LE NOMBRE DE DIPLÔMÉS EN MÉDECINE CANADIENS NON JUMELÉS

Devant le nombre croissant de diplômés en médecine canadiens (DMC) qui ne sont toujours pas jumelés après le 2e tour du jumelage des résidents du Service canadien de jumelage des résidents (CaRMS), il est nécessaire de prendre des mesures immédiates. En 2009, on dénombrait 11 DMC non jumelés. Ce nombre n’a cessé de croître, atteignant 46 en 2016 et 68 en 2017. Comme les DMC qui n’ont pas réussi à se jumeler durant les années précédentes rivalisent pour les mêmes postes que les DMC actuels, on s’attend à ce que la situation s’aggrave davantage.

La modélisation des données établie à partir des facteurs actuels du jumelage (c.-à-d., aucun changement quant au nombre de diplômés, aux postes de R-1, aux structures de jumelage, aux règles actuelles du jumelage, etc.) révèle que d’ici 2021, le nombre de DMC de l’année actuelle non jumelés devrait dépasser les 140, alors qu’on dénombrera plus de 190 DMC non jumelés de l’année précédente. 

En mai 2017, désireuse de trouver des solutions immédiates et réalisables, l’Association des facultés de médecine du Canada (AFMC) a mis sur pied un Sous-comité technique (SCT) du Comité de l’AFMC sur le Jumelage des résidents (CAJR) dont les membres devaient faire rapport au CAJR sur les points suivants : a) examen et identification des facteurs déterminants contribuant à la situation des DMC non jumelés, b) conséquences du non-jumelage continu des DMC et c) formulation de recommandations pour résoudre le problème. Le SCT du CAJR a procédé à une analyse détaillée du processus de jumelage du CaRMS, a examiné d’autres sources de données pertinentes et a passé en entrevue plus de 25 représentants des secteurs prédoctoral (EMPr), postdoctoral (EMPo) et gouvernemental de l’ensemble du pays afin de mieux comprendre le contexte entourant les politiques et la planification des effectifs médicaux de chaque province.

Les membres du Sous-comité technique du CAJR ont déterminé certains des principaux facteurs déterminants ou aggravants.

Le rapport intégral est disponible ici : RÉDUIRE LE NOMBRE DE DIPLÔMÉS EN MÉDECINE CANADIENS NON JUMELÉS LA VOIE À SUIVRE